Géographie des territoires

–     L’Asie du Sud-Est (question nouvelle)

L’Asie occidentale et l’Afrique septentrionale constituèrent la question de géographie des territoires en 1996 et 1997. La Chine et sa diaspora furent au programme en 2000 et 2001, de même que l’Union indienne en 2016 et 2017. Depuis, l’Asie n’avait plus été à l’honneur dans les concours. Le jury propose de se concentrer plus particulièrement sur l’Asie du Sud-Est, partant du constat qu’en une vingtaine d’années, cette région a connu des bouleversements conséquents. Une nouvelle génération de chercheur.e.s francophones a également investi ces terrains, dont certains se sont ouverts à nouveau récemment, permettant non seulement d’actualiser les connaissances sur ces espaces, mais aussi de renouveler les concepts permettant de les penser.

Entre unité et diversité, penser une Asie du Sud-Est plurielle

Cette région « d’entre Inde et Chine » (Michel Bruneau, 2006) doit son nom à un regard extérieur : celui porté à l’époque coloniale par les puissances européennes, afin de désigner cet ensemble situé au Sud de la Chine et à l’Est de l’Inde, les deux pays suscitant le plus leurs appétits. Cet espace d’entre-deux fut historiquement considéré en creux, tel un « angle de l’Asie » (Elisée Reclus, 1884), avant que sa position de carrefour soit mise en valeur par le courant de l’histoire globale (travaux de Denys Lombard sur le carrefour javanais, 1990). En effet, les circulations de personnes, de capitaux, d’objets et d’idées constituent un vecteur ancien et toujours actif d’unification de la zone. En conséquence, l’étude de cette zone ne peut se réduire à des monographies d’Etats juxtaposées les unes aux autres. Il est nécessaire d’interroger de manière critique ce découpage, les dynamiques et points communs inhérents à la cohésion régionale de cet ensemble, ainsi que les circulations et les réseaux, notamment maritimes, qui le structurent.

En effet, la diversité est grande dans cette aire régionale regroupant des Etats archipélagiques (Indonésie, Malaisie, Philippines), et d’autres situés sur le continent (Birmanie, Thaïlande, Laos, Cambodge et Vietnam). De riches micro-Etats – Singapour et Brunei – complètent cet ensemble aux côtés de pays toujours classés dans la catégorie des PMA par l’ONU : Laos, Birmanie et Cambodge ; tandis que des pays en situation intermédiaire ont connu récemment des croissances économiques aussi spectaculaires que les inégalités qu’elles génèrent.

Les Clionautes multi-écran

Vous souhaitez lire la suite ?

Actifs dans le débat public sur l'enseignement de nos disciplines et de nos pratiques pédagogiques, nous cherchons à proposer des services multiples, à commencer par une maintenance professionnelle de nos sites.

Adhérer aux Clionautes pour accéder aux ressources disponibles dans l'espace réservé ne se limite pas à un simple réflexe consumériste.

La modestie de la cotisation demandée ne saurait donc constituer un obstacle pour un soutien à notre démarche.