Ukraine – Grenier de l’Europe et transit énergétique

Ceux qui ont été amenés à étudier la géographie de l’Union soviétique on pu être amenés à placer les fameuses terres noires d’Ukraine, le tchernozium, sur un fond de carte. Paradoxalement, c’était l’époque où l’Union soviétique, malgré sa possession de terres particulièrement fertiles étaient obligée d’importer des céréales. Cela traduisait en réalité la faillite du modèle agricole soviétique basé sur les kolkhozes et les sovkhozes.

Tout comme la Russie, l’Ukraine est parvenue à valoriser son agriculture, et ce pays est aujourd’hui, avec près de 25 millions de tonnes pour la dernière campagne, le septième producteur mondial de blé.

 

 

On retrouve des rangs élevés également pour le tournesol, avec un pays qui représente à lui tout seul près de 50 % des exportations mondiales de cet oléagineux qui joue un rôle important dans l’alimentation du bétail. Toujours dans l’alimentation du bétail, la production de céréales, en dehors du blé, n’est pas négligeable.

Il semble évident que les opérations militaires commencées en février 2022, et qui se poursuivent en mars, constituent un obstacle non négligeable pour les semis de printemps. Beaucoup a été dit sur la dépendance de nombreux pays, notamment du continent africain à l’égard des céréales importées. La hausse des cours est une réalité évidente.

Le blé franchit les 400 €/t !

Le rôle clé de l’Ukraine et la Russie pour ces matières premières stratégiques

 

Ukraine

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pays producteurs de blé dans le monde

Ukraine transit énergétique

Ukraine
Transit énergétique

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les Clionautes multi-écran

Vous souhaitez lire la suite ?

Actifs dans le débat public sur l'enseignement de nos disciplines et de nos pratiques pédagogiques, nous cherchons à proposer des services multiples, à commencer par une maintenance professionnelle de nos sites.

Adhérer aux Clionautes pour accéder aux ressources disponibles dans l'espace réservé ne se limite pas à un simple réflexe consumériste.

La modestie de la cotisation demandée ne saurait donc constituer un obstacle pour un soutien à notre démarche.