Les cartes médiévales de la British Library
Vous êtes ici : Cartes, croquis et représentations pour l’Histoire Histoire médiévale

Les cartes médiévales de la British Library

Vincent Lahondère
dimanche 26 novembre 2017

Une cartothèque de grande qualité

Souvent sublimes, parfois mystérieuses, les cartes de l’époque médiévale sont d’une extraordinaire richesse iconographique. Le texte d’introduction de la cartothèque, s’interroge sur l’origine des cartes médiévales : la cartothèque de la British Librairy.

"Quand les gens du Moyen Age dessinaient des cartes, c’était donc quelque chose d’assez inhabituel, quelque chose d’étranger à leur façon normale de penser. Il y avait bien sûr plus de cartes médiévales que celles qui subsistent, car beaucoup ont dû disparaître au fil du temps. Mais des références aléatoires aux cartes maintenant perdues et d’autres indications nous pouvons être assez sûrs que les cartes que nous possédont, reflètent exactement le modèle global de la cartographie médiévale : les "cartes survivantes appartiennent aux mêmes groupes, étaient les mêmes sortes de carte, que celles qui ont été perdus. Cela nous laisse devant quelques questions difficiles à résoudre. Comment les cartes qui ont été dessinées au Moyen Âge ont-elles vu le jour ? D’où vient l’idée d’une carte ? Comment a-t-elle été compilée ? Certaines des cartes les plus sophistiquées du moyen âge n’avaient pas d’antécédents évidents, ne s’appuyaient sur aucune tradition préexistante ; leurs auteurs sont anonymes et nous ne savons rien de leur production. Les premières cartes marines de la Méditerranée, la carte quadrillée de la Palestine, le plan d’échelle de Vienne - ce ne sont que quelques exemples des cartes médiévales dont les origines sont tout à fait mystérieuses.(...)
L’Europe médiévale était une société qui fonctionnait en grande partie sans cartes, mais il n’en était pas de même pour la Rome impériale. Les Romains semblent avoir été beaucoup plus habitués aux cartes de toutes sortes que les gens du moyen âge. Nous avons un certain nombre de cartes-photos romaines. La mosaïque à Madaba en Jordanie est remarquable, une mosaïque de la Palestine comprenant une vue sur les murs et les rues à colonnades de Jérusalem, mais il y en a d’autres en mosaïques, en manuscrits et même sur une coupe émaillée et peinte sur un bouclier. Plus impressionnant encore, les arpenteurs romains ont utilisé des cartes dans leur métier, ce que les arpenteurs médiévaux n’ont pas fait, et leurs cartes ont été dessinées à l’échelle, la marque d’une véritable compréhension de la cartographie. 
Mais à côté des cartes des champs arpentés nous avons des plans de bâtiments sculptés sur des tombes, tous dessinés à l’échelle, et les fragments d’un plan à grande échelle de l’ensemble de Rome, sculptés sur la pierre au début du 3ème siècle après JC et mis en place sur un bâtiment public où il couvrait un mur d’environ 13 mètres sur 18. Ceux-ci montrent que les cartes - même l’utilisation de l’échelle - ont été largement comprises à la fin de la période romaine ; elles n’étaient pas limitées à des métiers particuliers ou à des groupes de fonctionnaires. Il en est probablement de même des cartes géographiques, des cartes à l’échelle du monde connu et de ses diverses terres et régions ; aucun exemple ne survit à l’époque romaine, mais nous les connaissons à travers des cartes médiévales dont nous pensons qu’elles en ont été copiées ou dérivées. 
Ce ne sont certainement pas les seules cartes romaines connues au moyen-âge. Les diagrammes et les images illustrant les manuels d’arpenteurs romains étaient encore copiés dans les manuscrits médiévaux. Mais si une grande partie de la cartographie de la période romaine était accessible au Moyen-Âge, ce n’est que dans des cas particuliers ou de manière limitée que l’on peut retracer toute tradition continue. Quelle que soit la cartographie médiévale que l’on ait pu devoir à Rome, elle ne s’est certainement pas emparée de tout l’héritage du passé classique pour continuer à s’en servir : la cartographie romaine s’est perdue pendant longtemps ou pour toujours.
Cependant, les cartographes médiévaux peuvent avoir tiré des idées d’autres sources en plus des cartes des Romains. L’Europe n’était pas totalement isolée du monde islamique, qui avait ses propres traditions et styles cartographiques. Ceux-ci devaient à leur tour quelque chose à la cartographie romaine et peut-être aussi à des cartes de Chine. Les Chinois avaient développé l’idée et la technique de la cartographie au 3ème siècle après J.-C. et parmi d’autres cartes notamment une de la Chine, gravée sur pierre en 1137, qui montre que les compétences n’avaient pas été oubliées à l’époque du Moyen Âge européen . Nous connaissons si peu les origines de nombreuses cartes médiévales que nous ne pouvons pas exclure la possibilité d’une influence, aussi éloignée soit-elle."

Source - Ceci est une version mise à jour d’un texte d’abord publié dans PDA Harvey, Medieval Maps , British Library, 1991.

Par Vincent Lahondère

Enregistrer l'article au format PDF

Clio-Carto 2017

Licence Creative Commons
Les Clionautes sous licence Creative Commons Attribution
Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International

Site développé avec SPIP, un programme sous licence GNU/GPL.

Design et Squelettes : B. Modica & X. Birnie-Scott pour Clio-Carto.

Hébergement Clio-Carto par