Bac géo : réussir son croquis et comprendre la mondialisation - France Culture
Vous êtes ici : Les cartes au programme de Terminale Réussir son croquis

Bac géo : réussir son croquis et comprendre la mondialisation - France Culture

Jean-Christophe Fichet
jeudi 26 mai 2016

Louable initiative que cette semaine bac sur France Culture ! Dans ce cadre, trois professeurs d’Histoire-Géographie sont intervenus pour porter leur regard sur l’épreuve du croquis de géographie. Ils nous livrent de précieux commentaires sur le cadre de cette épreuve et sur les compétences et savoir-faire attendus des candidats.

Il peut-être utile de revenir sur quelques points des interventions de Véronique Ziegler, Nolwen Rigollet et Jean-Benoit Bouron. Ces quelques remarques ne se veulent surtout pas polémiques, il s’agit avant tout de compléter ces regards en faisant d’ailleurs remarquer que le cadre de certaines attentes de l’épreuve ne sont pas totalement clarifiés.

Véronique Ziegler intervient avec un discours qui peut étonner quant aux objectifs de l’épreuve et à sa préparation : "L’objectif de ce croquis (...) est la réponse à la question qui est posée" et "on [l’enseignant] privilégie des croquis plus ou moins compliqués selon le niveau de la classe". Plus ou moins compliqués sur les sujets travaillés ou sur le contenu informatif pour un sujet qui demeure le même quelque soit la classe ? Étonnement, oui, car l’épreuve du croquis ne suppose pas de sortir du cadre de l’intitulé de la question au programme et que la problématisation de ce sujet n’est pas obligatoire. Le croquis reste avant tout et je dirais malheureusement, une épreuve de restitution.

Puisque les croquis qui sont construits sont ceux proposés par les enseignants, il est difficile de sanctionner un candidat lorsqu’il reproduit avec sérieux et fidélité ce qui lui a été donné. Le regard du correcteur se porte donc avant tout sur le savoir-faire et l’acquisition de certaines règles du langage cartographique, même s’il reste compliqué de laisser passer de grosses erreurs sur les informations. Sur cet exemple du Brésil, le gris du Nordeste ne rompt-il pas avec la gamme de couleurs devant traduire la hiérarchie des espaces dans l’organisation du territoire ? Mais peut-être est-ce justement une maladresse de l’élève dans cette restitution...

Dans les conseils donnés, Nolwen Rigollet propose de débuter par la nomenclature. Personnellement, je pense qu’il est préférable de réaliser cette étape après avoir fixé les aplats de surfaces. Le soin reste une priorité. Certes il n’est "pas utile d’être bon en dessin", mais ce soin conditionne la première appréciation du correcteur. L’expérience de commissions d’harmonisation révèle qu’à contenu informatif égal, la note peut être bien différente selon la qualité graphique !

Enfin les intervenants partent sur une convenance de 12 à 15 items en légende. Jean-Benoit Bouron a raison de préciser qu’il s’agit d’un cadre et non d’un impératif. C’est d’ailleurs peut-être sur ce nombre d’informations en légende que l’enseignant peut moduler la proposition de croquis selon la capacité de l’élève à gérer le contenu (c’est peut-être ce que voulait dire Véronique Ziegler dans la passage cité plus haut).

J’en profite pour laisser l’exemple d’une ancienne production, elle aussi certainement discutable !

Le PDF :

PDF - 93.1 ko
Le Brésil : organisation du territoire et dynamiques territoriales

Le rappel de la production de Cédric Ridel sur ce sujet : ici

Par Jean-Christophe Fichet

Enregistrer l'article au format PDF

Clio-Carto 2017

Licence Creative Commons
Les Clionautes sous licence Creative Commons Attribution
Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International

Site développé avec SPIP, un programme sous licence GNU/GPL.

Design et Squelettes : B. Modica & X. Birnie-Scott pour Clio-Carto.

Hébergement Clio-Carto par